Membre associé

Myriam St-Onge

Myriam Lafae
Écrire à ce membre
La démarche de Myriam Lafae s’inscrit dans la mouvance de l’éco-féminisme spirituel. Elle aborde des thèmes associés à l’empuissancement du féminin, à l’Anthropocène, à la relation nature/culture et au caractère sacré de cette relation. Elle pose un regard critique sur l’actualité, les sociétés, leurs systèmes de gouvernance et sur les visions anthropocentriques et patriarcales de l’ontologie occidentale dominante. De 2012 à 2019, elle centralise sa pratique autour du design de mode à travers AYAM Creation, sa marque de vêtements éthiques. Elle crée des collections porteuses de sens, imprégnées de métissages culturels et temporels. C’est en 2019 qu’elle retourne à une pratique purement axée sur les arts visuels. Ses œuvres se déploient principalement sous forme d’installations sculpturales multidisciplinaires. Créatrice de lieux, elle explore l’hybridation entre les techniques traditionnelles et les nouvelles technologies. Ces projets intègrent les divers règnes du vivant et du non-vivant, dans une approche narrative, symbolique et contemplative. Ils épousent les cosmovisions et la temporalité autochtone, certaines perspectives animistes, récits mythologiques et figures archétypales. En 2020 elle fonde le collectif artiviste Arsenal Imagine qui crée, produit et diffuse des œuvres et des événements de médiation culturelle à caractère social.

La démarche de Myriam Lafae s’inscrit dans la mouvance de l’éco-féminisme spirituel. Elle aborde des thèmes associés à l’empuissancement du féminin, à l’Anthropocène, à la relation nature/culture et au caractère sacré de cette relation. Elle pose un regard critique sur l’actualité, les sociétés, leurs systèmes de gouvernance et sur les visions anthropocentriques et patriarcales de l’ontologie occidentale dominante.

Originaire de Limoilou, dans la ville de Québec, elle réside actuellement sur le territoire non cédé de la Confédération des W8banakiak (Abénakis), le Ndakina, à Victoriaville. De 2012 à 2019, elle centralise sa pratique autour du design de mode à travers AYAM Creation, sa marque de vêtements éthiques. Elle crée des collections porteuses de sens, imprégnées de métissages culturels et temporels. Sa démarche est à la fois anthropologique, sociologique et performative. Porter l’art pour se faire œuvre : le textile est matière, le corps devient support, le quotidien, la rue, le lieu d’exposition et le design reflète de multiples temporalités. 2014 la consacre mère d’une enfant métissée. En 2018, elle réalise un défilé de mode à saveur artistique pour sa collection Atlantis : Ancient Future, à la Tohu à Montréal.

C’est en 2019 qu’elle retourne à une pratique axée sur les arts visuels « purs », celle-ci s’inscrivant toutefois en continuité avec sa démarche. Ses œuvres se déploient principalement sous forme d’installations sculpturales multidisciplinaires. Créatrice de lieux, elle explore l’hybridation entre les techniques traditionnelles et les nouvelles technologies : dessin, sérigraphie, photographie, art vidéo, art sonore, animation, sculpture, land art, recyclage d’objet, collage et autres. Ces projets intègrent les divers règnes du vivant et du non-vivant, dans une approche narrative, symbolique et contemplative. Ils épousent les cosmovisions et la temporalité autochtone, certaines perspectives animistes, récits mythologiques et figures archétypales.

En 2020 elle fonde le collectif artiviste Arsenal Imagine qui crée, produit et diffuse des œuvres et des événements de médiation culturelle à caractère social. En 2022, à l’orée de la complétion de 2 baccalauréats, elle aspire au microprogramme de 2e cycle en art thérapie ainsi qu’à la poursuite d’une maîtrise en recherche création.

Le RAAV est l'association représentative des artistes en arts visuels du Québec

À propos du raav

Restez informé

Vous souhaitez recevoir nos communications? Restez informé et inscrivez-vous à notre liste d'envoi. *

* NOTE : Les membres du RAAV reçoivent automatiquement les communications électroniques par courriel. Il n'est donc pas nécessaire pour eux de souscrire à la liste d'envoi.