Jeudi 07 octobre 2021 – Le Gouvernement du Québec a pris l’engagement en 2018 de réviser les lois sur le statut de l’artiste. Le gouvernement caquiste a réitéré à maintes reprises que cette promesse faite aux artistes serait tenue. La Loi sur le statut professionnel des artistes des arts visuels, des métiers d’art et de la littérature et sur leurs contrats avec les diffuseurs, vieille de plus de trente ans, s’est avérée un échec en dépit des timides réformes apportées au fil des ans. Une réforme digne de ce nom et telle que promise se fait toujours attendre. 

 

Malgré les demandes répétées de la part des associations d’artistes, aucun échéancier précis n’a encore été annoncé concernant le dépôt d’un projet de loi. Pire, la Ministre de la Culture et des Communications persiste et signe: elle n’a pas de date. Si une promesse gouvernementale n’est qu’une affirmation qui ne porte pas à conséquence, pouvons-nous réellement avoir confiance en nos élus ?

 

Les artistes, dont les conditions socioéconomiques étaient déjà fragiles, ont été sévèrement éprouvés par la pandémie. Il est impératif que leur statut professionnel soit protégé au même titre que celui de l’ensemble des travailleuses et travailleurs du Québec. Être sérieux à ce chapitre serait d’affirmer quand un projet de loi sera déposé.

 

Attendre n’est plus une posture acceptable. Les artistes en arts visuels ont été résilients. Ils ont demandé, dans le respect du processus de consultation, des changements significatifs à la législation. Ils demandent maintenant une réponse. Ceci n’est qu’une demande légitime, attendue et qu’un gouvernement responsable ne peut ignorer.

 

– Le Regroupement des artistes en arts visuels du Québec

 

 

Pour toute question ou commentaire :
Rachel Vincent-Clarke
Agente de communication, RAAV
communication@raav.org