Montréal, le mercredi 15 septembre 2021 – Le RAAV demande aux partis politiques fédéraux de placer la culture au cœur des enjeux électoraux et d'aider les artistes en arts visuels à surmonter les nombreux obstacles auxquels ils sont confrontés et que le contexte pandémique a accentué. Le prochain gouvernement doit faire des enjeux énumérés ci-bas de véritables priorités, d’autant que l’on a reconnu à maintes reprises le rôle capital des artistes et de la culture au cours de la période difficile que nous avons traversée et qui n’est pas encore chose du passé.

La reconnaissance des artistes en ce qui concerne leurs conditions de vie doit faire l’objet de changements importants et les éléments qui suivent sont ceux que nous considérons comme essentiels afin que l’on fasse une différence dans le quotidien de celles et ceux qui nous ont accompagnés au cours des 18 derniers mois et dont la condition socioéconomique se doit d’être relevée.

Les solutions sont connues, documentées et ont été maintes fois mises sur la table. On nous parle de relance, voici ici des solutions concrètes qui doivent être mises en œuvre:

  • Prolonger la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) de manière à soutenir les artistes dont la situation financière précaire s’est exacerbée depuis le début de la pandémie.
  • Instaurer le droit de suite afin que les artistes puissent bénéficier de la plus-value de leurs œuvres lors de reventes. Les artistes autochtones du Canada, en particulier, ont beaucoup à perdre sur les énormes profits que rapportent leurs œuvres dans le marché secondaire.
  • Supprimer dans la Loi sur le droit d’auteur la date du 7 juin 1988 relative au droit d’exposition et ainsi corriger l’effet pervers qu’induit cette limitation en ciblant les artistes plus âgés.
  • Modifier la Loi sur le droit d’auteur relativement à l’utilisation équitable suite à la décision récente de la Cour suprême. La Loi, telle que modifiée en 2012, est truffée d’exceptions. Il est impératif de remettre l’auteur au centre de la législation.
  • Offrir un meilleur filet de sécurité sociale aux artistes en réformant le régime d’assurance-emploi de manière à ce que les travailleurs autonomes y soient éligibles.
  • Mettre en place un revenu de base garanti pour les créateurs et les artistes.

 

Ce sont les demandes des artistes en arts visuels. Nous n’en sommes plus aux promesses. Les problématiques sont identifiées, les solutions possibles si le prochain gouvernement agit.

 

Un dernier souhait. Nous espérons que le projet de loi C-10 mort au Feuilleton pourra renaître de ses cendres. Il s’agit d’un pan législatif d’importance pour notre souveraineté culturelle.

 

On a porté aux nues les artistes, ces derniers vous demandent d’être à l’écoute afin qu’ils puissent continuer à nous accompagner dans notre quotidien en mettant toute leur énergie à ce qui nous les rend essentiels: la création. Les artistes comptent, nous le répétons, et il faut leur donner les moyens d’être présents au monde dans toute leur diversité.

 

– Le Regroupement des artistes en arts visuels du Québec (RAAV)

 

 

Pour toute question ou commentaire :
Rachel Vincent-Clarke
Agente de communication, RAAV
communication[@]raav.org