Le premier ministre du Québec François Legault prononçait mardi le 19 octobre, à l’occasion de la nouvelle session parlementaire, un long discours d’ouverture dans lequel il faisait part des priorités de son gouvernement pour la dernière année de son mandat. Dans ce discours, M. Legault déclarait fermement son intention de tenir l’ensemble des promesses qu’il a faites lors de son élection : « … je veux être clair sur un point qui est très important pour moi : les engagements qu’on a pris en 2018, on va les tenir. ». Or, parmi les nombreux sujets abordés, pas un mot n’a été prononcé sur la révision des lois sur le statut de l’artiste.

 

« La culture propage la fierté » nous dit François Legault dans ce même discours d’ouverture. Les artistes en arts visuels peuvent effectivement être fiers de leur contribution à la culture québécoise. Encore faudrait-il que, comme société, nous leur accordions une rétribution qui reconnaisse la juste valeur de leur travail.

 

Les demandes des artistes en arts visuels ne sont pas déraisonnables, loin s’en faut. Ces derniers ne font que réclamer un relèvement de leurs conditions socioéconomiques, notamment par un régime de négociation collective.

 

Il est difficile de croire M. Legault lorsqu’il nous dit dans son discours d’ouverture que « ….jamais un gouvernement n’a autant respecté ses promesses électorales. Et on va finir le travail » alors qu’il omet de mentionner la révision des lois sur le statut de l’artiste dans les priorités énoncées.